discuter du ronflement
Home / Ronflement / Comment discuter de son ronflement avec votre partenaire ?
Ronflement

Comment discuter de son ronflement avec votre partenaire ?

Le ronflement est un problème complexe pour tout le monde. Tout comme votre partenaire peut être gêné par le sujet, vous vous sentez probablement aussi très mal à l’aise d’en discuter. Il va donc de soi que, même si vous vous sentez grincheux (en raison d’un manque de sommeil, bien sûr), le sujet doit être abordé avec tact et sensibilité.

Il est toutefois impératif de discuter du problème du ronflement. Ce n’est pas un sujet qui peut être évité pour toujours. Si le problème n’est pas réglé, votre relation avec votre partenaire peut en pâtir. Combien de fois avez-vous entendu parler de couples qui choisissent de dormir séparément, à cause d’un problème de ronflement non traité ?

Plutôt que de laisser cela se produire dans votre maison, vous pouvez vous réunir avec votre conjoint(e) et chercher une solution qui vous convient à tous les deux.

Il y a aussi de sérieux effets secondaires à long terme et des problèmes de santé qui peuvent être causés par le ronflement s’il est ignoré.

Conseils pour discuter du sujet du ronflement

Si votre partenaire est réceptif à l’humour, utilisez-le !

Bien sûr, vous ne voulez pas être indélicat avec un être proche. Cependant, s’il y a un moyen de rire de la question sans blesser les sentiments de votre partenaire, c’est une excellente méthode à utiliser. Le rire est une façon naturelle d’apaiser les tensions, et cela peut vous donner l’occasion de discuter de cette question très sérieuse d’une manière plus légère.

Planifiez ce que vous allez dire

Presque chaque fois que j’ai dit quelque chose que je ne voulais pas dire, c’était parce que je n’avais pas eu assez de temps pour y réfléchir. Donnez-vous suffisamment de temps à l’avance pour préparer des mots qui décrivent adéquatement (et avec sensibilité) le problème à votre partenaire.

Partagez vos préoccupations pour votre partenaire et pour vous-même

Lorsque vous discuterez avec votre partenaire du problème de ronflement, vous devrez bien sûr mentionner que votre qualité de vie souffre d’un manque de sommeil. Cependant, vous devriez éviter d’en faire le centre de votre conversation.

Au cours de votre discussion, essayez de vous rappeler qu’il ou elle va se sentir dans une certaine mesure coupable d’avoir causé votre privation de sommeil, et parfois ces sentiments de culpabilité peuvent amener une personne à s’énerver de façon négative.

Essayez de désamorcer l’escalade

Votre partenaire ne fait pas exprès de ronfler, et il ou elle ne ruine certainement pas intentionnellement votre vie. Essayez de ne pas laisser votre amertume et votre rancœur punir votre partenaire pour quelque chose qu’il ou elle ne peut pas contrôler.

Rappelez à votre partenaire les raisons de cette conversation. Bien sûr, vous vous préoccupez du bien-être de votre partenaire, et vous le lui avez déjà dit. Mais ce qui est plus important encore, c’est la raison de votre inquiétude.

Vous vous souciez profondément de votre partenaire et vous voulez qu’il ou elle se porte bien, et vous êtes évidemment déterminé à améliorer votre relation avec votre partenaire si vous avez cette discussion. Rappelez à votre moitié ces points de vue et partagez-les aussi librement que vous partagez vos frustrations.

Quand parler du ronflement de votre partenaire ?

Il y a un moment approprié pour tout, et cela inclut la discussion que vous avez l’intention d’avoir avec votre partenaire. Nous avons mentionné plus tôt que la sensibilité est d’une importance primordiale, ce qui s’applique également au moment que vous allez choisir pour discuter. Gardez à l’esprit les conseils suivants lorsque vous planifiez votre conversation :

Certaines choses sont mieux discutées en privé. L’une des pires et des plus humiliantes choses que vous pouvez faire à votre partenaire est d’aborder le sujet du ronflement pour la première fois en présence d’autres personnes. Montrez votre respect en discutant de cette question très délicate en privé.

Les conversations les plus productives ont lieu lorsque les deux parties sont bien reposées. L’idée d’être “bien reposé” peut vous sembler un concept étranger, ce que n’importe quel partenaire d’un ronfleur comprendrait. Ce que je veux dire, c’est que si le ronflement de votre partenaire vous réveille au milieu de la nuit, vous ne devriez pas considérer cela comme une occasion de discussion. Il en va de même pour les réveils matinaux et juste avant le coucher.

N’aggravez pas une mauvaise journée. Ok, vous avez répété votre conversation dans le miroir toute la journée, et votre partenaire vient d’arriver du travail. C’est le bon moment n’est-ce pas ? Eh bien, cela dépend de sa journée de travail. Si vous comprenez qu’il a passé une mauvaise journée, il serait sage de reporter votre discussion jusqu’à ce qu’il ou elle ne soit pas si fatigué(e) et submergé(e).

Comment exprimer vos inquiétudes sans contrarier votre partenaire

Dans presque toutes les discussions sérieuses que vous aurez, il est payant d’avoir de vraies données à l’appui de vos préoccupations. Si vous présentez des faits à votre partenaire d’une manière qui montre aussi à quel point vous êtes inquiet, votre partenaire sera probablement plus réceptif à ce que vous ressentez.

En plus de vous fier aux faits, essayez de mettre en pratique les conseils suivants au cours de votre discussion avec votre partenaire :

  1. Invitez votre partenaire à participer activement à la conversation. S’il est silencieux pendant que vous parlez, posez-lui des questions, par exemple :
    “Que ressens-tu à propos de tout ça ?”
    “Est-ce que j’ai dit quelque chose qui t’a contrarié ?”
    ” As-tu des idées ou des solutions que je n’ai peut-être pas envisagées ?”
  2. Faites preuve d’empathie au fur et à mesure que vous avancez dans la discussion. Expliquez que vous comprenez à quel point il est difficile d’en parler.
  3. Rassurez votre partenaire en lui expliquant qu’il n’y a aucune raison de se sentir gêné.
  4. Rappelez à votre partenaire qu’il s’agit d’une conversation inconfortable pour vous aussi.
  5. Concentrez-vous sur le contexte plus large. Votre partenaire doit savoir que si votre privation de sommeil est un facteur, votre préoccupation générale est portée sur sa santé à long terme.

Il est très important que vous soyez également très réceptif lors de votre conversation avec votre partenaire.

Permettez à votre proche d’exprimer ses propres frustrations et ne réagissez jamais avec jugement ou colère. L’écoute est la chose la plus importante que vous pouvez faire au cours d’une conversation, et c’est une façon de démontrer activement à votre partenaire que vous êtes vraiment intéressé et que vous vous souciez de ce qu’il ou elle dit.

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *